Prix Coup de Cœur Entreprises : les lauréats 2018

Publiée le 13/09/2018

Les 6 lauréats du Prix Coup de Coeur Entreprises Produit en Bretagne - Ouest-France ont reçu, des mains du jury, leurs prix mardi 11 septembre lors d'une belle soirée qui a eu lieu au siège rennais du quotidien le plus lu de France.

Cela fait désormais 8 ans que Produit en Bretagne s'est associé à Ouest France pour mettre à l'honneur chaque année, des entreprises innovantes et soucieuses de leur ancrage territorial breton.

Les lauréats, qui ont pu bénificier d'une belle mise en avant dans les pages de Ouest-France, viennent de secteurs d'activités bien différents et ont tous à coeur l'envie de faire tourner l'économie locale. De l'Ille-et-Vilaine au Finistère en passant par la Loire-Atlantique, le Morbihan et les Côtes-d'Armor, voici le tour d'horizon complet du cru 2018 !

 

Digitaleo, spécialiste des outils et des solutions de marketing mobile

 

 

Avec 70 salariés et 4000 clients, l'entreprise rennaise de Jocelyn Denis, a su surfer avec brio sur la vague numérique. Le natif de Cholet, spécialiste du marketing, a eu le nez creux lorsqu'il y a 14 ans, il a tout misé sur l'essort du téléphone mobile, à une époque où le smartphone n'existe pas encore !

Depuis, de l'eau a coulé sous les ponts, et nous connaissons tous l'importance que ce petit objet technologique a pris dans nos vies. Dès lors, Digitaleo a évolué à un rythme effréné : d'un premier ingénieur embauché en 2006, l'entreprise qui possède désormais des bureaux à Rennes, Paris, Lyon, Madrid et Bogota, compte aujourd'hui 25 ingénieurs. Un bel exemple de réussite qui fait la fierté de la Bretagne.

Signe d'une entreprise qui sait innover et s'adapter, Digitaleo, en grandissant, a déménagé pour s'installer dans une ancienne cartoucherie militaire à Rennes. 2000 m2 ont ainsi été sublimés. Résultat : un lieu moderne et branché qui a su conserver le charme de l'ancien et les traces d'une industrie passée. Ce lieu, désormais dédié au numérique, à la data et à l'intelligence artificielle, impressionne et n'oublie pas l'essentiel en affichant un bloc de granit dès l'entrée où le logo Produit en Bretagne s'affiche magnifquement !

En juin dernier Ouest France ne s'est d'ailleurs pas trompé en publiant un article qui met en lumière la fabuleuse croissance de Digitaleo, spécialiste du marketing relationnel.

 


La scierie Marcadé, un savoir-faire transmis de génération en génération

 

 

La scierie Marcadé, c'est une histoire de famille ! Tout a commencé par l'arrière grand-père de Cédric Marcadé, actuellement aux commandes de l'entreprise. Possédant une scie mobile, René Marcadé fit fructuer son activité dans l'emballage au sein du village morbihannais d'Évriguet. Puis, Loïc et Yollande Marcadé ont repris l'entreprise dans les années 80, la modernisant et la diversifiant à travers notamment le marché du palox - grandes caisses utilisées pour le stockage des fruits et légumes - s'ajoutant à l'activité traditionnelle de la palette.

Avec un doctorat d'histoire en poche, Cédric Marcadé ne se destinait pas vraiment à reprendre la maison familiale. Et pourtant ! Après avoir donné un coup de main à ses parents suite à un investissement conséquent d'1 million d'euros en 2012, il décide de rester et se mue en entrepreneur. Le passage de relais s'étant effectué en mars 2018, il est désormais à la tête de la scierie morbihannaise. L'une de ses premières décisions a été d'adhérer à Produit en Bretagne. Aujourd'hui, le Prix Coup de Coeur Entreprise vient récompenser le travail accompli par l'entreprise familiale depuis 3 générations.

Découvrez le bel article de Ouest-France sur Marcadé, cette scierie bretonne, ancrée dans son territoire.

 


Breizh Wash, une lessive écologique révolutionnaire

 

 

Lorsqu'en 2005, Guillaume Ropars se lance sur le marché ultra-concurrentiel de la lessive, où les multinationales investissent des millions d'euros en marketing et en développement, il y avait de quoi laisser songeur. C'était sans compter sur la motivation et la conviction sans failles de cet écolo dans l'âme qui mise alors tout sur le développement d'une lessive écologique. Son idée ? La machine à laver est l'un des secteurs les plus gourmands en eau dans une maison. S'il était possible de récupérer les cinquante litres d'eau usées après chaque lavage, alors on pourrait l'utiliser pour "arroser son jardin".

Alors que les lessives actuelles sont bien éloignées des recettes de nos grands-mères, Guillaume Ropars prend le contre-pied du marché et décide de développer une lessive où les ingrédients polluants disparaissent, laissant place à des ingrédients naturels.

Après des débuts loin d'être évidents, et 6 ans "sans vacances et sans salaire", Guillaume Ropars embauche désormais entre 8 et 10 personnes selon les commandes, a lancé un e-shop et vient de lancer une campagne de crowndfunding pour financer le développement de Breizh Wash.

Une lessive écologique produite dans les Côtes-d'Armor, des projets plein la tête et désormais un Prix coup de coeur Entreprises, l'aventure Breizh Wash ne fait que commencer !
Découvez le portrait de la start-up costarmoricaine Breizh Wash, pionnière de la lessive écologiqueréalisé par Ouest-France.

 


Biscuit d'Ys, l'innovation dans la tradition

 

 

En rachetant en 2009 une petite biscuiterie à Sucé-sur-Erdre (Loire-Atlantique), Ghislain de Lambilly s'est rapproché de ses racines bretonnes. Après dix années passées à diriger la filiale française d'un groupe européen de chocolat, c'est un nouveau défi gourmand qui s'est offert à lui et qu'il relève avec brio !

Des choix forts et ont été faits dès le départ : épuration de la gamme, recentrage sur le gâteau breton et vente des pâtisseries dans toute la France en pénétrant la grande distribution. Rapidement, l'acitivité triple et permet d'innover. C'est ainsi qu'en 2014, Biscuit d'Ys lance sa gamme de gâteaux nantais, délices sucrés iconiques et historiques de Naoned. Désormais best-seller de la marque, ce sont 10 000 biscuits, en haute saison, qui sont fabriqués totalement à la main chaque jour. 

Tourné résolumment vers l'international grâce notamment à la création d'un site marchand et d'un packaging revu avec le soutien de Laetitia de Lambilly qui a entre-temps rejoint son mari au sein de la société, Biscuit d'Ys a su séduire le Royaume-Uni et s'implante désormais en Chine et aux Etats-Unis. Pas étonnant qu'une si belle réussite soit couronnée par le Prix Coup de Coeur Entreprises.

Retrouvez l'histoire de Biscuit d'Ys, dont les patisseries sont 100% fait main en Bretagneà travers l'article que Ouest-France lui a consacré.

 


Le Saint, un nouveau site dévoilant la force d'un géant de la distribution

 

 

Idéalement situé à la sortie de Brest, sur la commune de Guipavas, le nouveau siège flambant neuf de l'entreprise Le Saint, 2ème distributeur de fruits et légumes en France, a fier allure !
A la fois moderne, imposant et original, le bâtiment qui ne passe pas inaperçu, a décuplé la marque employeur : preuve en est les 600 candidatures reçues en quelques mois !

L'entreprise familiale n'a plus grand chose à voir avec la petite affaire de 1958. Elle a su se développer avec succès au fur et à mesure des années. Aujoud'hui, l'entreprise léonarde fait travailler plus de 1 500 salariés, et compte 36 700 clients répartis dans 33 départements. Ce fleuron de l'industrie bretonne est un modèle de croissance réussie.

Avec 8 acquisitions en 2017, Le Saint n'en reste pas moins dynamique, prompt à réagir à la moindre occasion lui permettant d'innover encore et toujours. Un exemple à suivre qui mérite amplement le Prix Coup de Coeur Entreprises.
Retrouvez le portrait réalisé par Ouest-France de l'entreprise finistérienne Le Saint, fleuron de la distribution de fruits et légumes en France.

 


Maïlou, l'art d'allier la douceur de la peluche à la force de la persévérance

 

 

Maïlou, vous connaissez tous. La peluche de TiFar, la mascotte de Produit en Bretagne, c'est Maïlou ! Cette peluche, comme toutes les peluches de l'entreprise basée à Châteaubourg (Île-et-Vilaine) sont faites à la main entièrement en Bretagne.

Inutile de vous dire que le marché de la peluche, dominé par la Chine, est loin d'être une aventure de tout repos. L'histoire de Maïlou, c'est avant tout l'histoire de la détermination d'Annick Brault et Réjane Riant qui, alors que la société Nounours déposait le bilan, ont décidé en 2011, d'investir et racheter les machines à coudre. Aujourd'hui, ce sont dix couturières qui, de leurs mains expertes, confectionnent des doudous d'une rare qualité.

Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si Maïlou a décroché en 2017 le label « entreprise du patrimoine vivant ». La haute qualité artisanale d'une entreprise humaine est récompensée.

A ce titre, et pour sa remarquable combativité, Produit en Bretagne et Ouest France sont très heureux de leur remettre le Prix Coup de Coeur Entreprises cette année.
Retrouvez l'article de Ouest-France qui met à l'honneur Maïlou et ses peluches 100% bretonnes.